Le recyclage vu de l’intérieur

le .

IMG 0625

Intérieur de l'installation de récupération sur le chemin Sheffield, où est trié et traité le contenu des boîtes bleues des Ottaviens. Photos : Jon Connor.

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu'il advenait du contenu de votre boîte bleue une fois ramassé ?

L'usine de recyclage de Cascades, sur le chemin Sheffield, traite chaque jour 83 tonnes de matières recyclables (des boîtes bleues) ramassées par ses 42 véhicules. Le procédé de recyclage comporte plusieurs étapes :

IMG 0637Convoyeur d'alimentation principal : Les matières sont déchargées sur un grand convoyeur. Celui-ci est arrêté par un capteur optique lorsqu'il y a accumulation au sommet.

Cylindre doseur : Le cylindre régule le débit d'alimentation, étale les articles et déchire les sacs.

Prétriage : Les sacs étant maintenant ouverts, les gros déchets sont retirés, et la ferraille et les gros articles en plastique sont triés, puis envoyés au recyclage.

Séparateur balistique : Dans le séparateur, les articles plats comme le papier, le carton et les sacs en plastique sont dirigés vers le haut et acheminés à une station de triage, où la fibre est séparée de la pellicule. Les contenants sont retournés à la chaîne. Les articles tridimensionnels descendent et tombent sur un convoyeur qui les transporte vers une autre station de triage. Les articles en verre sont quant à eux brisés par les palettes du séparateur et tombent directement en dessous.

Séparateur magnétique à tambour et cyclone : Le convoyeur transporte les articles et les fait tomber au-dessus d'un tambour magnétique en rotation qui attire les pièces en acier et les achemine à un autre convoyeur. Les autres articles tombent sur un tamis fin qui laisse passer les plus petits éléments, principalement du verre. Ceux-ci tombent dans un cyclone où les matières légères sont séparées du verre par aspiration.

Trieuses optiques : Les articles restants sont étalés sur des convoyeurs rapides et acheminés vers deux trieuses optiques qui, au moyen de capteurs infrarouges, déterminent la nature de chaque article avant de le projeter au bon endroit par des jets d'air.

La première trieuse envoie les articles recouverts d'un enduit multicouche dans la première chute et les plastiques de type 1 dans la troisième chute, plus haut. Les autres articles tombent dans la chute du milieu et sont acheminés à la deuxième trieuse optique.

La deuxième trieuse optique envoie les plastiques de type 2 dans la première chute et les plastiques de types 3 à 7 dans la troisième chute, plus haut. Le reste tombe dans la chute du milieu et est dirigé vers la station de tri manuel.

Station de tri manuel : Ici, des employés retirent les articles que les machines ont laissé passer et les mettent dans les bons conteneurs.

Séparateur à courant de Foucault : Cette machine utilise un rotor magnétique pour induire un courant de Foucault dans les canettes d'aluminium. Celles-ci sont alors projetées tandis que les autres articles tombent sur le convoyeur à résidus.Waste-recovery

Convoyeur à résidus : Ce convoyeur mène à une troisième trieuse optique qui renvoie toute matière recyclable oubliée dans la chaîne et laisse tomber les autres articles dans le conteneur à résidus.

Presse à balles : Lorsqu'un conteneur pour un certain type de matière recyclable est plein, on le transporte jusqu'à la presse pour compacter son contenu. Les balles pèsent entre 500 et 1 000 kg, dépendant de la matière.

Contrôle de la qualité : Un commis au contrôle de la qualité à la fin de chaque chemin de triage retire tous les articles indésirables et les renvoie dans la chaîne.


Les pires intrus dans les boîtes de recyclage

Voici les pires contaminants qu'on retrouve dans les boîtes bleues des Ottaviens :

  1. Déchets ménagers dangereux (huile, essence, pesticides et herbicides) dans des contenants et des aérosols complètement ou partiellement remplis.
  2. Bonbonnes de propane et d'hélium.
  3. Piles et batteries.
  4. Sacs et pellicules en plastique (sacs d'épicerie, de lait et de croustilles, pellicule moulante et cellophane). Ne mettez pas vos matières recyclables dans des sacs.
  5. Articles d'extérieur (outils, boyaux d'arrosage, bordures de jardin, mobilier de jardin et toiles de piscine).
  6. Petits électroménagers (grille-pains, rôtissoires et fours à micro-ondes) et outils électriques (perceuses et scies).
  7. Articles de cuisine (assiettes, tasses, autres articles en céramique, chaudrons et casseroles).
  8. Divers articles en métal et en plastique (pièces d'automobile et jouets).
  9. Papier et carton, qui vont plutôt dans la boîte noire. Exceptions : certains contenants de similicarton pour la nourriture et les boissons vont toutefois dans la boîte bleue, comme ceux de lait, de crème glacée et de jus congelé.
  10. Matières organiques (nourriture et plantes), qui vont plutôt dans le bac vert.

Et voici les pires contaminants qu'on retrouve dans les boîtes noires :

  1. Sacs et pellicules en plastique (sacs d'épicerie, de lait et de croustilles, pellicule moulante et cellophane). Ne mettez pas vos matières recyclables dans des sacs.
  2. Articles qui vont plutôt dans la boîte bleue, notamment les cartons à fermeture pignon (cartons de lait et de jus), les contenants aseptiques (Tetra Pak) et les contenants et canettes de boisson.
  3. Pièces d'automobile (rotors, étriers et plaquettes de frein).
  4. Déchets ordinaires.
  5. Piles et batteries.

En moyenne, on compte 20 % d'intrus dans les boîtes bleues, comparativement à un maigre 4 % dans les boîtes noires.

Vous ne savez plus trop si un article va dans la boîte bleue, la boîte noire, le bac vert ou les poubelles ? Vérifiez dans le navigateur de déchets de la Ville d'Ottawa.